♥ Mangez-moi ♥

♥ Mangez-moi ♥
Laurie DANON
Février 2021
Exemplaire unique
Bois, tissus, papiers mixtes
420 x 600 x 40 mm

previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Shadow
Slider

Elle mangea un petit morceau du gâteau et se demanda avec inquiétude :
<< Dans quel sens ? Dans quel sens ? >> en tenant sa main posée sur sa tête pour savoir si elle grandissait ou rapetissait ; et elle fut toute surprise de constater qu’elle ne changeait pas de taille ; certes c’est ce qui se produit généralement lorsque l’on mange un gâteau, mais Alice était tellement habituée désormais à attendre l’extraordinaire, qu’il lui parut tout triste et tout stupide de devoir admettre qu’il ne se produisait rien d’anormal.

Alice au Pays des Merveilles suivi de De l’autre côté du miroir, Lewis Carroll
 p.36, traduction par Henri Parisot, éditions Flammarion, Paris, 2016

Parmi tous les thèmes abordés dans Alice au Pays des Merveilles, celui de la nourriture est probablement le plus récurent. Le biscuit, la potion, le champignon : autant d’aliments que l’héroïne est amenée à déguster. L’effet immédiat est alors de modifier sa taille. Alice passe de minuscule fourmi à géante colossale. Ainsi vont les choses au pays des merveilles où manger un simple biscuit déclenche l’extraordinaire, au point de rendre l’ordinaire fade et décevant. Et si le biscuit dévorait Alice cette fois-ci ?


Voici les fondements sur lequel s’appuie mon travail. Le texte de Lewis Caroll a été dévoré, digéré et transformé. La scène du biscuit où Alice mange pour la première fois l’aliment magique a servi à définir la charte graphique de l’objet présenté.


Dans ce projet, le lecteur se met à la place d’Alice et est invité à dévorer ce livre énorme. En ouvrant la couverture, il a la déception de trouver de minuscules pages vierges. Mais un marque-page attire l’attention. Il guide le lecteur curieux, le ramène sur ses pas au niveau de la première couverture. Une nouvelle trappe apparait : comme un second terrier, le lecteur est happé par la longue fresque de trois mètres qui se dévoile au fur et à mesure. Il est encerclé, envahi par le contenu du livre qui s’étend et dévore l’espace. Reste à replier l’ensemble, refermer la bouche de ce livre-monstre jusque la prochaine faim.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.